Découvrez plus de 70.000 biens
dont plusieurs milliers proposés
ici et nulle part ailleurs

En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies et autres tags pour vous proposer des publicités personnalisées, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux et analyser l’audience du site internet. Certaines informations peuvent être partagées avec des partenaires de Century 21. Pour plus d’informations et paramétrer le dépôt des cookies, cliquez ici. J’accepte. X

Bienvenue chez CENTURY 21 Bolivar Jourdain, Agence immobilière PARIS 75019

L'actualité de CENTURY 21 Bolivar Jourdain

NOTRE QUARTIER, NOTRE HISTOIRE

Publiée le 31/10/2012

PARIS 19ème - LA PARC DE LA BUTTE DU CHAPEAU ROUGE - Métro Pré Saint Gervais

Au 19ème siècle, la Butte du Chapeau-Rouge  faisait partie du vaste réseau de carrières de gypse qui s'étendait jusqu'aux Buttes-Chaumont. La Butte échappa aux vastes travaux d'aménagement qui suivirent la démolition des fortifications de Thiers, au lendemain de la première guerre mondiale. Le parc porterait le nom d'une guinguette qui animait autrefois la plaine du Pré-Saint-Gervais, où se trouvait alors ce quartier de Paris.

Situé derrière l’hôpital Robert Debré, près du Métro Pré Saint Gervais, le parc offre une vue dégagée sur l'Est de Paris. Son architecture, œuvre de Léon Azéma, est d'un style néo-classique typique des années 30 : escaliers, statues, abris et fontaines en cascades se succèdent. Ils donnent à ce parc un charme incomparable. Méconnu des Parisiens, il est malgré tout souvent délaissé pour le parc des Buttes-Chaumont. Il mérite cependant le détour, surtout lorsqu'au printemps ses parterres de fleurs envahissent les pelouses. Les promeneurs peuvent sillonner entre des massifs de plantes de terre de bruyère, des haies de rhododendrons et de plantes vivaces. Les enfants disposent quant à eux  d'une aire de jeux très adaptée. Ses trois pelouses libres d'accès ont un fort pouvoir d'attraction aux beaux jours. Une fontaine monumentale représente « Eve » (1938) par Raymond Couvègnes, et « Deux femmes et un enfant » (1938), par Pierre Traverse.

Notre actualité