Découvrez plus de 70.000 biens
dont plusieurs milliers proposés
ici et nulle part ailleurs

En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies et autres tags pour vous proposer des publicités personnalisées, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux et analyser l’audience du site internet. Certaines informations peuvent être partagées avec des partenaires de Century 21. Pour plus d’informations et paramétrer le dépôt des cookies, cliquez ici. J’accepte. X

Bienvenue chez CENTURY 21 Bolivar Jourdain, Agence immobilière PARIS 75019

L'actualité de CENTURY 21 Bolivar Jourdain

TERRASSE OU BALCON ?

Publiée le 18/07/2012

C'EST NOTRE HISTOIRE... Un mot pour un autre.

Aujourd'hui, nous revenons sur l'origine de deux mots que nous avons tendance à confondre...

TERRASSE OU BALCON ?

A l’origine, la terrasse se veut synonyme de boue, voire de torchis quand il s’agit de construire un bâtiment.Ainsi la terrasse, depuis le XIIIe siècle, décrit-elle une plate-forme aménagée quelle qu’en soit sa destination même si, généralement, elle se situe au niveau du sol. De nos jours, le plus souvent, la terrasse se constitue par l’aplanissement d’un terrain qui sera recouvert de dalles, de gravier, de béton, de bois, sorte de pédiluve entre jardin et maison ; ou se situe en étage quand ce dernier est en retrait par rapport au niveau inférieur.
 
En revanche, et ce depuis le XIVe siècle, le balcon décrit un élément en saillie de la façade d’un bâtiment, entouré d’un garde-corps. Et évidemment non fermé et non recouvert faute de quoi il s’agirait d’une bow-window ou, en bon français, d’oriel. Les normes architecturales n’ayant pas défini les dimensions précises d’un balcon, on en trouve de toutes tailles ; qu’il soit minuscule protubérance ou filant pour relier, par l’extérieur, les deux pignons d’un bâtiment, ou bien encore galerie s’étendant d'une avant-scène à l’autre dans un théâtre.
 
Donc, si l’on se veut fidèle au stricto sensu, une terrasse ne saurait être suspendue et reposerait soit sur un terrain de plain-pied avec la maison, soit sur le toit en saillie d’un étage inférieur. Ce qui induit qu’un balcon, même à la superficie importante, ne saurait être décrit comme une terrasse.

Notre actualité