Découvrez plus de 70.000 biens
dont plusieurs milliers proposés
ici et nulle part ailleurs

En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies et autres tags pour vous proposer des publicités personnalisées, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux et analyser l’audience du site internet. Certaines informations peuvent être partagées avec des partenaires de Century 21. Pour plus d’informations et paramétrer le dépôt des cookies, cliquez ici. J’accepte. X

Bienvenue chez CENTURY 21 Bolivar Jourdain, Agence immobilière PARIS 75019

L'actualité de CENTURY 21 Bolivar Jourdain

La butte Bergeyre, par Dominique.

Publiée le 22/06/2011
Chaque mercredi, l'histoire d'une rue ou un article relatif à l'immobilier.
Ce soir, Dominique nous raconte l'histoire de la secrète butte Bergeyre...
La butte Bergeyre est nichée au cœur du 19ème arrondissement de Paris, dans un triangle formé par les rues Manin, Mathurin Moreau et Simon Bolivar.

Fragile remblais au sous-sol truffé de nombreuses carrières, on y trouve des petits immeubles, des vignes, des jolies maisons dont la célèbre la maison Zilvelli de Jean Welz, une superbe vue sur Paris, une épicerie utopique, un jardin partagé… des enfants qui jouent dans les rues calmes et des chats qui s’étirent au soleil… quand le temps le permet. 

Un peu d’histoire…

Les buttes Chaumont et l'actuelle butte Bergeyre se situent sur une ancienne colline appelée "mont Chauve", car sans végétation, origine du nom "Chaumont".

Depuis le moyen-âge des carrières à ciel ouvert exploitaient le gypse (à l'origine du plâtre) et la pierre du sous-sol de colline.

Le quartier des « buttes » a longtemps eu mauvaise réputation. Il faut dire que ces carrières formées de galeries sous terraines abritaient des marginaux et des brigands qui venaient s‘y réfugier la nuit. Elles servaient aussi de bassin d'épuration, les matières recueillies servant pour la fabrication d'engrais. Elles étaient enfin utilisées comme lieu d'équarrissage pour les cadavres de chevaux. Cette décharge à ciel ouvert était tolérée, car située en-dehors des murs de la ville.

Après 1844, l'enceinte de Thiers englobe le village de Belleville et les carrières qui sont alors annexées à Paris. C’est alors que le parc des buttes Chaumont est créé par Haussmann et Jean-Charles Alphand, sur ordre de Napoléon III, pour créer "un poumon vert" à l'est de la capitale, dans le cadre de l'Exposition Universelle de 1867.
La future butte Bergeyre reste à l'écart de ces grands travaux.

En 1918, le stade Bergeyre est construit sur la butte (son nom vient d’un joueur de rugby mort pendant la Première Guerre mondiale). La butte prend alors son nom. Il héberge alors le club de football de l'Olympique de Paris (absorbé ensuite par le Red Star).

En 1926, le stade est démoli et des logements sont bâtis sur la butte. Le lotissement est inauguré par Joséphine Baker en 1927. 

Plusieurs artistes ont flâné sur cette butte au parfum d'un Paris populaire oublié. Parmi eux, le photographe Willy Ronis qui a saisi cette scène d'un autre temps. Photographie prise à la fin de la rue Barrelet de Ricou qui débouche sur l'avenue Simon Bolivar.

Maintenant que l’été est là, venez y déambuler un jour de soleil, vous serez accueilli comme dans un village !

Pour l’anecdote, voici un extrait de L’inspecteur la bavure, dans la fameuse scène de la pétanque tournée sur la butte Bergeyre… un Paris qu’on aimerait retrouver non ?

http://www.dailymotion.com/video/xiyf4_inspecteur-la-bavure-coluche_fun#from=embed


 

Notre actualité